Séminaires de la Chaire

La Chaire RENEL organisera un séminaire par trimestre pour présenter les travaux réalisés dans le cadre de la chaire. D’autres séminaires sont organisés ponctuellement pour débattre avec des invités, les chercheurs et les partenaires autour de thématiques propres à la Chaire.  

Pas d'événement actuellement programmé.

David Desmarchelier

Séminaire animé par David Desmarchelier, maître de conférences HDR à la chaire RENEL, au BETA et à l’Université de Lorraine.

Résumé : This paper develops a very simple model of endogenous growth à la Lucas (1988) in which a representative household has to choose between environmental preservation and human capital accumulation. After computing analytically all possible trajectories, we point out that one of them depicts an inverted U-shape relationship between human capital (production) and pollution (i.e an Environmental Kuznets Curve). However, we prove that this particular trajectory is not optimal. The optimal one is the Balanced Growth Path (BGP).


Samuel Ligonnière

Séminaire animé par Samuel Ligonnière (BETA – Strasbourg)

Résumé : Ce travail nous amène à considérer les effets réels de la crise Dexia sur les finances publiques locales. L’objectif est d’apprécier les conséquences de l’exposition des communes à des emprunts structurés toxiques sur leurs décisions d’engager ou non des investissements mais également leurs choix quant au mode de financement de ces investissements. Nos résultats préliminaires suggèrent l’émergence d’un biais fiscal. En effet, au delà d’une réduction de la dépense d’équipement, les communes qui ont été exposées à des emprunts toxiques ont un penchant anormalement prononcé pour l’autofinancement des investissements. Cet effet survient alors même que ces dernières n’ont pas nécessairement rencontré de difficultés financières à cette occasion.

Guillaume MorelLe 21 juin 2021, Guillaume Morel (doctorant – BETA Strasbourg) a présenté un séminaire portant sur l’impact d’une politique de confinement sur le bien-être et la dynamique d’une économie confrontée à la propagation d’une maladie infectieuse.

 
Résumé : This paper develops a competitive Ramsey-Cass-Koopmans framework in which an infectious disease evolves according to a simple SIS model. It aims at examining how the lockdown affects infectious disease persistence, individual welfare, and economic dynamics. In contrast to the existing literature, two types of infectives are introduced: (1) symptomatics and (2) asymptomatics. While the former is assumed to be too ill to work, the latter supply their labour and spread the disease. The government imposes a lockdown as an instrument to control the disease spread. In the long run, when the contamination rate of the disease is relatively high and the share of asymptomatics is low enough, the lockdown is welfare improving regardless of the degree of household empathy toward infectives. Moreover, a stable limit cycle can emerge near the endemic steady-state, through a Hopf bifurcation, when the share of infectives increases suffciently the marginal utility of consumption. Particularly, we prove that it is possible to tune the lockdown to simultaneously obtain the limit cycle disappearance and the disease eradication (Bogdanov-Takens bifurcation). In this sense, the lockdown allows hitting two birds with one stone.
 
Retrouvez ici le working paper de sa présentation.